FAQ

Foire aux questions
  1. Pourriez-vous nous décrire plus précisément votre modèle économique, et notamment le ROI pour vos utilisateurs ? Comment sont-ils rémunérés ?

Notre modèle théorique est basé sur l’exploitation de nos ressources décentralisées (Stockage, bande passante, CPU). Ces ressources sont mutualisées dans l’optique de fournir des services informatiques : hébergement de contenu, blockchain, big data.

D’après nos hypothèses de calcul, si l’on se base sur un abonné fibre bénéficiant d’un débit ascendant de 42,6 Mb/s et partageant 50% de son espace de stockage sur LOLA soit 500Go, ce dernier sera en mesure d’offrir un service de 0,0533 Go de contenu par seconde. Le marché que nous souhaitons adresser en premier est le CDN (Content Delivery Network) dont le prix moyen est de 3 cents par Go servi. Selon cette hypothèse seules 87,7 heures de partage permettent à LOLA de générer 50 €, soit l’équivalent de 3h par jour sur une période d’un mois !

Une description destinée au grand public du mode de fonctionnement côté utilisateur est disponible ici : https://www.facebook.com/notes/lola/comment-lola-peut-vous-faire-gagner-jusquà-50-par-mois-/560367210971768/

Le modèle de rémunération envisagée est le suivant : L’utilisateur installe une application dédiée sur LOLA depuis notre store (disponible mi 2018) et décide de l’espace de stockage et de la bande passante qu’il accepte de nous partager (un mode pilotage automatique est également prévu). Une première étape consiste à monitorer la performance de l’utilisateur et à contractualiser la relation.

Via un tableau de bord, l’utilisateur connaît en temps réel l’utilisation qui est faite de sa LOLA et la contrepartie ainsi gagnée lui est alors créditée. Si nous disposons des coordonnées bancaires de l’utilisateur nous effectuons un virement sur simple demande…

Des modes de rémunération alternatifs sont également envisagés sous forme de contenus offerts (VOD, musique, jeux…), de réductions chez nos partenaires (Boulanger, Zero Eco Impact, wattvalue) ou de paiement en crypto monnaie.

 

  1. Avez-vous déjà des clients sur cet espace de stockage ?

Les 100 premières LOLA ayant trouvé acquéreur sont toujours en cours de production, nous avons donc entièrement écoulé notre premier batch avant même que celui-ci soit produit et sommes actuellement en train de récolter des fonds pour produire une nouvelle série de 2500 pièces.

Côté B2B nous avons identifié une dizaine de ß clients acceptant de nous confier l’hébergement de leurs contenus (Medibox, la Boîte immo, tuto.com…) et allons assurer dès le mois de mai le portage de la plateforme wetube.io sur notre parc de LOLA.

 

  1. Quel est votre avantage compétitif par rapport aux acteurs du cloud déjà implantés ?

D’un point de vue macro, il est à noter que le cloud sous sa forme actuelle repose sur une infrastructure “centralisée”, c’est à dire un (voire des) datacenter(s), usine composée de serveurs (i.e. les serveurs sont constitués de ressources informatiques équivalentes à celles que l’on peut retrouver dans les ordinateurs). Une des problématiques que soulèvent les datacenters est celle de leur besoin croissant en énergie, pour les alimenter mais aussi et surtout les refroidir. De plus, ils représentent des points d’attaques “uniques” pour d’éventuelles intrusions malveillantes. LOLA, en s’appuyant sur une  architecture décentralisée à la manière des technologies blockchain et holochain réduit considérablement ce facteur de risque, toute malveillance nécessitant davantage d’efforts et de coordination que dans le cas d’une infrastructure centralisée. En outre, LOLA ne nécessite ni apport gourmand en énergie ni refroidissement particulier (c.f. question 6).

Si l’on se place maintenant du point de vue de l’utilisateur, notre modèle de revenue sharing (encore assez peu répandu dans le secteur de l’IT) permettra à des particuliers jusqu’à aujourd’hui réticent à passer à l’ère du Cloud à investir dans ce milieu avec des contreparties bénéfiques ! Un autre argument notable à même de convaincre certains utilisateurs est le rapatriement des données chez soi, LOLA est un objet physique, palpable, et la frontière entre nos données, à savoir notre vie digitale, et notre vie tout court, est de plus en plus mince. LOLA respecte ce que l’on appelle “privacy” dans le monde anglo-saxon.

Enfin, autre avantage propre aux plateformes, notre modèle possède une scalabilité sans précédent, ne nécessitant en effet pas de lourds investissements fonciers et industriels pour bâtir une infrastructure à même d’adresser le marché et de soutenir son évolution.

 

  1. Quels sont les mesures de sécurité, de protection de données et de résilience que vous garantissez à vos utilisateurs ?

Le respect des données personnelles fait partie intégrante de notre ADN : Contrairement à bon nombre d’acteurs dans le domaine du cloud, nous garantissons à nos utilisateurs une totale transparence et nos conditions générales d’utilisation stipulent que leurs données ne seront jamais utilisées à des fins commerciales et/ou publicitaires.

De plus, nous voulons garantir un chiffrement dit “end to end” afin de préserver la confidentialité de leurs données. Nous proposons des solutions de backup optionnelles (payantes) mais offrons la possibilité aux utilisateurs de sauvegarder gratuitement leurs données vers d’autres LOLA appartenant à des tiers de confiance.

Côté sécurité physique, notre produit a été conçu dans le respect des “best practice” de l’électronique grand public avec l’aide et l’expertise de nombreux consultants, d’universités, de fablabs et de bureaux d’études et il respecte bien évidemment les normes CE. Nous proposerons également durant ce semestre de manière optionnelle un dispositif de type parafoudre RJ45 et plug secteur à la vente sur notre boutique.

Côté sécurité numérique, nos utilisateurs doivent avoir un accès physique à la box pour la création de leur compte utilisateur et une authentification à double facteur (mail/SMS) sera obligatoire pour toute connexion inhabituelle, ou toute demande de réinitialisation de mot de passe.

 

  1. Qu’en est-il des aspects juridiques liés à l’hébergement de données personnelles dans un cloud décentralisé ?

L’infrastructure LOLA, malgré sa structure décentralisée, s’inscrit dans la même logique juridique qu’un hébergeur classique dit “centralisé”, dans le sens ou :

La société SONORA LABS se revendique comme hébergeur et non pas éditeur, et, de la même façon que la jurisprudence l’a déjà démontré avec de nombreuses sociétés éditrices, comme par exemple Dailymotion : https://www.legalis.net/jurisprudences/cour-dappel-de-paris-4eme-chambre-section-a-arret-du-06-mai-2009/ https://www.legalis.net/jurisprudences/cour-dappel-de-paris-pole-5-chambre-1-arret-du-2-decembre-2014/

À ce titre, elle n’est pas responsable des contenus hébergés mais se doit de les retirer en cas de plainte de manière prompte sous peine de se voir dans l’obligation de verser des dommages et intérêts en cas de condamnation. En outre, les contenus étant aussi stockés sur l’infrastructure sous forme de “chunks”, c’est à dire fragmentés, il s’avère encore plus difficile en cas de plainte d’imputer à SONORA LABS la responsabilité d’un hébergement frauduleux et/ou pénalement répréhensible.

Enfin, nos conditions générales d’utilisation (CGU) rappelleront aux utilisateurs leur responsabilité propre quand au contenu qu’ils décident de stocker sur l’espace cloud en activant  la fonctionnalité backup (optionnelle) et que SONORA LABS ne pourrait en aucun cas être tenue pour responsable du caractère licite ou non dudit contenu, d’une part du fait de sa fragmentation, d’autre part à cause du chiffrement qui ne permet pas à SONORA LABS d’en identifier la nature.

 

  1. Avez-vous évalué l’impact énergétique de ce cloud décentralisé comparé à un data center plus traditionnel ?

Nous avons en effet effectué une étude d’impact en interne et souhaitons vivement nous porter à l’initiative d’une étude plus poussée sur la consommation énergétique des solutions décentralisées (nous avons pour ce faire interrogé le bureau d’études éco-act spécialisé en ACV).

https://lola.cloud/user/joih66/arch/documents/energetic_study.pdf

Selon nos estimations, la suppression totale du besoin en climatisation et la réduction des distances parcourues par les données sont les deux principaux gisements d’économie d’énergie attendus dans le cadre d’une infrastructure décentralisée avec une réduction de la consommations énergétique (à service rendu équivalent) de l’ordre de 40%.

 

  1. Pour le marché B2B, pouvez-vous nous fournir des informations sur le service client et les garanties que vous proposez (sécurité, confidentialité, niveau de SLA…) ?

Pour le marché B2B nous proposons une solution de distribution de contenus basée sur notre infrastructure décentralisée qui peut venir en appoint à un réseau de distribution classique ou le remplacer. Sur ce service, nous proposons un accord de disponibilité similaire aux différentes offres du marché à 99.9% calculée sur une base mensuelle. L’accord prévoit des pénalités sous forme de crédit de service d’une valeur de 10% des frais totaux facturés par Sonora Labs pour le service de distribution.

Le stockage des données de nos clients est protégé par du chiffrement AES basé sur une clef unique pour chaque client ou des DRM fournis dans le cas de la vidéo. Le transport est chiffré par du TLS sur un protocole HTTP/2. De ce fait, seul le lecteur autorisé par le client est capable de déchiffrer l’information et la donnée est protégée contre le vol ou les attaques de type Man In The Middle.